Jeudi 28 août 2014 4 28 /08 /Août /2014 18:16

Je pense qu’il est inutile de présenter ici Boulet. Je savais qu’en l’invitant, je m’exposais à ses sarcasmes mais je lui pardonne pour trois raisons (la mauvaise, la bonne et la mienne ! )

  • La première, c’est que c’est mon frère.
  • La troisième, c’est que c’est lui qui m’a fait découvrir l’univers des blogs, qui m’a dessiné la signalétique qui ornemente la plupart de mes notes et qui n’a pas hésité à me défendre lorsque certains débats devenaient houleux autour de quelques grosses productions que je déteste (style Matrix ou Le seigneur des anneaux : je me souviens encore d’un commentaire qui disait « Boulet, contente-toi de nous faire rire au lieu de dire des conneries » qui était assez mal passé !). Il a aussi, à l'époque de mon grand questionnaire sur les films "les plus érotiques de l'histoire du cinéma" imaginé une note splendide qui reste l'une de mes préférées. En attendant le jour probable où une de ses BD sera adaptées sur grand écran, je ne désespère pas de lui faire voir un jour un film de Chantal Akerman...

***

 

http://ddata.over-blog.com/0/23/00/64/10ans01.png

http://ddata.over-blog.com/0/23/00/64/10ans02.png

Par Dr Orlof - Publié dans : 10 ans
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Mercredi 27 août 2014 3 27 /08 /Août /2014 19:00


Comme il l’explique très bien, Benjamin fut d’abord un collègue sur Kinok. Et c’est par ce biais que j’ai découvert son (excellent) blog : La kinopithèque. Depuis, c’est devenu un compagnon de route un peu secret mais avec qui j’ai plaisir à débattre. Une petite précision par rapport à sa contribution : je n’ai pas aimé du tout le dernier Almodovar (Les amants passagers) mais c’est l’avant-dernier que j’ai beaucoup défendu. D’un autre côté, je suis très flatté que Benjamin ait apprécié ma critique de De Nuremberg à Nuremberg et le remercie pour son très sympathique hommage…

 

***

Le Dr Orlof me fait peur. Un peu. D'abord parce que c'est un docteur,

donc docte et respectable, et par ses billets, apprécié et appréciable.

Bref, je suis intimidé. Après avoir courtoisement croisé le fer (et

Abordage n'existait pas) à propos de ciné avec des amis par courriel

(nous sommes en 2004 ou pas loin, le blog du Doc, lui, devait déjà

exister), j'ai timidement fait mon entrée dans Kinok (je découvre La

chevauchée fantastique sous le regard bienveillant de Vincent, me fais

un peu dérouillé par Laurent d'avoir un peu dérouillé Ne te retourne pas

de Marina De Van, reste admiratif devant la critique de Nuremberg à

Nuremberg d'un autre Vincent, découvrais qu'il existait en Nachiketas

une autre personne sur Terre à apprécier Hulk d'Ang Lee...). Et le Doc

dans cette équipe. Malheureusement, Kinok vivait ses derniers mois.

Qu'importe j'avais connaissance de ses auteurs, de leurs noms et la

plupart, quand ils ne publiaient pas dans Les Cahiers ou ailleurs (ô

plume du-mesnildienne !), pratiquait cet exercice de patience et de

passion qu'est le blog (Edouard, Ludovic, Timothée...).

 Honoré

Alors oui, le Doc n'aime pas Honoré ni Ozon et méprise les élites

auteuristes. Je suis convaincu que c'est une pose, une originalité et

rien d'autre. Et puis c'est pas grave puisqu'on peut se retrouver dans

ses amours : Truffaut, Rohmer, Demy... Ou encore Bonello et Mouret pour

citer des vivants. Le Doc évite le clinquant, le par trop central et

part se réfugier dans certaines marges, les ombres et des fois les

recoins humides. Là j'ajoute sur un petit carnet (chère liste, très

chère liste, que deviendrait le cinéphile sans toi ?) des noms à

découvrir, des univers à explorer : Gérard Courant (dont j'ignore tout

sauf l'idée pour moi encore un peu vague d'une cinéphilie sportive –

approche comparable, peut-être, quoique dans un autre domaine, à celle

séduisante de Joseph Morsel pour qui L'histoire du Moyen Âge est un

sport de combat) ou Jean Rolin (que je ne connais encore que trop

peu)... Voilà. Qu'on se le dise : le Dr Orlof et son blog comptent. J'en

veux pour preuve notre crainte à lire du trop cinglant à propos de

Jarmusch (ses vampires l'ont échappé belle) ou de Wenders. Notre

soulagement à lire que tout va bien dans le dernier Almodovar ou que le

film du moment que l'on veut le plus voir a toute son estime (en ce

moment c'est Under the skin de Glazer). Je regarde mes pieds quand je

lis ses intentions premières (« ne pas se lancer dans une énième exégèse

hitchcockienne »). Il y a deux autres noms que j'oublie. Des noms à

ajouter à la liste, non des moindres, c'est Jess Franco (disparu cette

année non ?) et une de ses créatures, le Dr Orlof !

Bon anniversaire.

Par Dr Orlof - Publié dans : 10 ans
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 26 août 2014 2 26 /08 /Août /2014 19:07
J'ai rencontré Philippe, cinéphile niçois, à deux occasions : en 2008 et 2010 lorsque je me suis rendu dans cette belle ville quand Vincent et son association Regard Indépendant m'ont gentiment invité. Il réalise lui-même des courts-métrages fantastiques et pour les 10 ans de mon blog, il m'a gentiment proposé un petit hommage à Jean Rollin qu'il avait écrit au moment de la mort du cinéaste et en réaction à l'article nécrologique de Mad Movies.  Je l'en remercie.
Rose.jpg

***
En tant que fan de Jean ROLLIN, je suis ravi qu'une double page soit consacrée en hommage à ce réalisateur sous-estimé par la critique et bénéficiant d'un public confidentiel. L'article n'est ni trop élogieux, ni attaquant et descendant gratuitement son oeuvre. Bien sur, je ne suis pas d'accord avec tous les avis car la plupart des films que j'aime ne sont pas appréciés par le critique, ce qui est son droit le plus absolu.
L'avis est positif sur Le viol du vampire sorti en mai 1968 qui a bénéficié d'attaques injustes, violentes et excessives par les esprits  soixante-huitards soi disant ouverts, et pourtant malgré les maladresses d'un premier long métrage, tout l'univers de Jean s'y trouve.
Positif aussi sur 2éme long :  La vampire nue
Par contre, pas d'acord sur Fascination, où il est dit qu'on aurait peur de le revoir, juste que l'acteur masculin n'est pas très bon mais je crois que Jean choisissait mieux ses actrices  que les acteurs, je le comprends car je fais pareil.
Pas d'accord sur  La rose de fer qualifié d'austère psychodrame, pourtant ce huis clos dans un cimetière est l'œuvre d'un poète du macabre.
Pas d'accord sur l'avis sur ses romans considérés comme peu convaincants car qualifiés de scripts reconvertis en livres, pourtant là aussi ce sont de très belles œuvres.
Il est dit aussi qu'il tourne en rond avec son thèmes de prédilection qui est aussi le mien : les femmes vampires, avec comme exemple Le frisson des vampires. Ce film a beau être très kitsch années 70, je le trouve très plaisant.
Les raisins de la mort est qualifié de chef d'œuvre, le scénario est excellent mais les acteurs pas tous bons et il contient la première séquence gore du cinéma français dans un contexte émotionnel et non gratuit. Lèvres de sang est apprécié est ça c'est bien!
La fiancée de dracula réalisé en 2000 est qualifié de déplaisant, là je dis non!
L'actrice Cyrille Iste est très bien et l'humour noir du film est au contraire très plaisant et la poésie est au rendez vous!
 
En bref, Jean ROLLIN soit on n'aime pas, soit on est totalement fasciné !
A Mad Movies c'est plutôt mitigé, des qualités lui sont reconnues et des œuvres sont appréciées et ça c'est un progrès dans la critique de ses films !
 
Pour moi, il n'y a que 2 ratages dans son oeuvre
Le film de commande renié par son auteur : Le lac des morts vivants car son manque catastrophique de budget est conséquent.
Killing car : le scénario est génial, l'actrice principale très bien mais tous les autres acteurs sont les plus mauvais que Jean ROLLIN  aie dirigés !
 
LONGUE VIE A L'ŒUVRE DE JEAN ROLLIN ET SALUTATIONS DANS L'AU- DELÀ A CELUI QUI EST DEVENU "UN PROMENEUR" A L'INSTAR D'UN DE SES ROMANS !
Par Dr Orlof - Publié dans : 10 ans
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 25 août 2014 1 25 /08 /Août /2014 19:32
C'est grâce au bloc-notes d'Adrien Gombeaud que mon blog a été cité une fois dans les colonnes de Positif et je dois admettre en avoir tiré une certaine fierté. Ce qui m'a valu ce très sympathique clin d'oeil, c'est une note que j'ai consacrée il y a fort longtemps à un nanar de Michel Vocoret où j'égratignais gentiment la théorie du "cinéma subtil" lancée par Burdeau et Frodon dans les Cahiers à cette époque (mais qui s'en souvient aujourd'hui?) 
Depuis, Michel Vocoret est devenu une sorte de signe de ralliement entre Adrien Gombeaud et moi sur Twitter où il fait partie de ceux que j'ai surnommé "les sages". En effet, parmi les critiques professionnels (outre Positif, il publie aussi dans Les échos) qui officient sur ce réseau social, Adrien est l'un des plus ouverts, des plus accueillants et des plus aimables. Sans jamais se départir de son sens de l'humour, il entre dans les débats sans jamais hausser le ton et en faisant preuve d'une grande ouverture d'esprit. C'est donc un avec un plaisir égal à celui que j'ai à dialoguer régulièrement avec lui que je publie ici sa contribution aux 10 ans de ce blog en le remerciant très chaleureusement. 

qu_est_ce_qui_fait_craquer_les_filles.jpg
***
Les ordonnances sévères du bon Docteur Orlof

L’ouverture du cabinet du Docteur correspond à peu près mon entrée au comité de rédaction de Positif. Dix ans, ce n’est pas grand-chose dans l’histoire d’une revue comme la notre. Je suis loin d’être un ancien, même si je ne suis plus le plus jeune. En revanche, à l’échelle de la blogosphère cinéphile, 10 ans c’est une éternité. Le Docteur Orlof est donc déjà une sommité. 
Je l’ai rencontré via Nightswimming, le site d’Edouard qui recensait la saga de Positif et des Cahiers. J’admirais l’entreprise titanesque d’Edouard mais j’aimais aussi lire les commentaires… dont ceux du bon Docteur. Nightswimming a fermé sous son ancienne forme, Orlof est devenu mon médecin traitant même si je vais régulièrement chercher des ordonnances chez Cinémoije ou chez la Critique clandestine. Et comme nous nous retrouvons presque chaque jour sur Twitter, je dois être hypocondriaque.

Je ne tiens pas de blog mais il me semble que le bon critique web ne diffère pas dans le fond du bon critique professionnel. Il trouve son lectorat par son goût, l’originalité de ses idées et sa façon de les exprimer. Les choses divergent à la pratique. Le bloggeur maîtrise bien sûr une technologie particulière. L’art de poster des vidéos ou de glisser des liens hypertextes ici ou là n’a néanmoins qu’un rapport secondaire avec le succès d’un blog. Le bien le plus précieux, ce que l’e-cinéphile doit préserver coûte que coûte, reste sa liberté. Il n’est pas limité par le nombre de signes ou par le format d’une publication officielle. Il est (si possible) financièrement indépendant. Il chronique les films non pas au gré du calendrier des sorties mais au gré de ses sorties à lui. Il peut ainsi poster une note sur Michel Vocoret le jour où sort le blockbuster le plus attendu de la rentrée… Bref, il n’a de compte à rendre à personne. Sauf à ses lecteurs. Il me semble que les bons blogs ciné sont justement ceux qui, tout en cultivant cette liberté, ont su inventer une forme précise et cohérente. Ils ont trouvé un ton bien à eux, un refrain que l’on retient… l’épice mystérieuse qui vous donne envie de revenir dans un bistro, en sachant que le plat du jour change mais que le cuistot reste fidèle au fourneau. Voilà je pense le premier secret de la longévité… l’autre, c’est bien sûr la générosité. Une façon de donner son temps comme d’autres donnent leur sang. Peut-être est-ce pour cela que sur l’écran de sa blouse blanche, le Docteur arbore depuis dix ans le pseudo d’un héros de Jess Franco.
Par Dr Orlof - Publié dans : 10 ans
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Dimanche 24 août 2014 7 24 /08 /Août /2014 16:26
J'accueille aujourd'hui une nouvelle jeune cinéphile de talent, Oriane, qui fut élève de Céline et que j'ai rencontrée (une fois de plus!) grâce au blog d'Edouard mais aussi grâce aux nombreuses recommandations de David. Nous ne nous connaissons pas beaucoup mais c'est assurément une cinéphile de qualité dont le blog mérite le détour. Et je ne doute pas que les occasions de discuter seront nombreuses puisqu'Oriane vient d'arriver sur Twitter et que nous sommes désormais en contact sur Facebook. 
De quoi encore tenir dix bonnes années supplémentaires ! 

***

Le point Orlof.

Le blog du Doc Orlof a toujours été en arrière-plan de mes propres avancées de blogueuse. En vérité, il s'agit d'un blog que je connais « de loin ». Je l'ai croisé dans mes recherches de propre blogueuse cinéphile, je l'ai vu cité sur les réseaux des autres (ceux des éternels Edouard, Dasola, et David !), je l'ai lu ou survolé, je m'y suis arrêtée et je l'ai commenté parfois.

Le fait même que je vienne fêter ses 10 années de blogueur passionné montre que la cinéphilie, c'est aussi cela : s'insérer dans un large cercle, frôler les critiques des autres tout en patinant avec ardeur sur la glace de la rédaction, se trouver des foyers dans cette large et riche patinoire. Avec le Dr Orlof, nous avons partagé la violence glaciale du dernier film de Kiyoshi Kurosawa, Shokuzai, qu'il est venu soutenir sur mon Top de 2013.

shokuzai-celles-qui-voulaient-se-souvenir-51a48d67b3314

Un trajet de blogueur est comme une longue phrase agrémentée de points ou de virgules. Cette ponctuation qui interrompt le propre fil de votre blog et de vos découvertes, c'est celle des autres, rencontrés dans la blogosphère, et aussi nécessaires à l'évolution de votre propre plume. Le blog du Doc Orlof a ainsi été une balise très régulière de mon parcours, croisée au détour d'un chemin facebookien, ou d'un tweet hasardeux. J'en apprécie l'expansivité sidérante, la régularité inégalable de ses publications, et surtout sa section consacrée aux ouvrages de cinéma. Je ne peux lui que lui souhaiter un excellent anniversaire et une très belle continuation parmi les images qu'il explore avec la curiosité d'un aventurier !
Par Dr Orlof - Publié dans : 10 ans
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Recherche

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés