Dans ses yeux (2009) de Juan José Campanella avec Ricardo Darin

 pasmal.jpg

Avant de vous parler en début de semaine prochaine d'Holy motors de Léos Carax, un mot très rapide de Dans ses yeux, premier film que je vois de l'argentin Campanella (Le fils de la mariée). Ce thriller primé un peu partout (Oscar du meilleur film étranger, prix à Beaune et aux Goya du cinéma espagnol) nous narre les aventures d'un employé de justice à la retraite qui décide de consacrer un livre à une affaire criminelle qui le hante depuis 25 ans.

La force principale de ce film efficace, bien construit et bien mené, c'est de laisser de côté la question du « coupable » (on sait très vite qui a tué et violé une jeune institutrice tout juste mariée) mais de faire de cette enquête un enjeu "littéraire" et sentimental. Si l'affaire a tant touché l'agent Esposito, c'est qu'elle lui renvoie en pleine figure ses propres échecs et ses propres regrets (il n'a jamais osé avouer son amour à sa collègue). Du coup, Dans ses yeux s'aventure sur un terrain où on ne l'attendait pas forcément : celui du mélodrame discret peu avare en jolis moments mélancoliques. Esposito se lie d'amitié avec le mari de la défunte et leur face-à-face permet au cinéaste quelques jolies réflexions autour de l'amour, de la fidélité (au souvenir) et de l'oubli (nécessaire pour pouvoir continuer à vivre)...

Pour ce qui est de la mise en scène, l'efficacité est également de rigueur même si je reproche à Campanella quelques afféteries esthétiques (plans obliques, cette manière -très à la mode dans les séries américaines-, de faire parler les personnages alors qu'ils sont à moitié cachés par de multiples objets, l'abus des longues focales qui rendent floues certaines parties du plan...). Inversement, on lui doit un superbe plan-séquence dans le stade de foot (lorsque Esposito et son collègue attrapent le meurtrier) d'une virtuosité assez rare.

Le résultat est intéressant (les personnages sont bien dessinés et plutôt consistants -j'aime beaucoup l'ami fidèle alcoolique d'Esposito) et donne envie d'en savoir un peu plus sur ce cinéaste argentin doué...

Retour à l'accueil