Top des tops

Mardi 30 décembre 2014 2 30 /12 /Déc /2014 11:12

Nous ne sommes même pas encore en 2015 mais la saison des tops s'achève. Après de longues semaines de suspense, je vous livre le mien :

  nymphomaniac.jpg

1- Nymphomaniac (Lars Von Trier)

2- Maps to the stars (David Cronenberg)

3- P'tit Quinquin (Bruno Dumont)

4- Under the skin (Jonathan Glazer)

5- Grand Budapest Hotel (Wes Anderson)


ptit-quinquin.jpg

6- Tonnerre (Guillaume Brac)

7- Aimer, boire, chanter (Alain Resnais)

8- Real (Kurosawa)

9- Bird people (Pascale Ferran)

10- Adieu au langage (Jean-Luc Godard)

 

+ Hors-catégorie : Cinématon n°2862 (Courant)

 

Maps-To-The-Stars-16.jpg

 

Contrairement à 2013, pas d'autres films se bousculant au portillon pour cette année mais j'en ai manqué aussi beaucoup qui me plaisaient sur le papier (soit par manque de temps, soit parce qu'ils ne sont pas sortis à Dijon)

 

Top 5 des films manqués en 2014

 

1- Le vent se lève (Miyazaki)

2- Les chiens errants (Tsai Ming-Liang)

3- Le paradis (Cavalier)

4- Les contes de la princesse Kaguya (Takahata)

5- Sunhi (Hong Sang-Soo)

 

Sinon :

 

Meilleure reprise de 2014

 

Wake in fright (Ted Kotcheff)


wake-in-fright.jpg

 

Meilleure actrice : Julianne Moore (Maps to the stars)

 

Meilleur acteur : Ralph Fiennes (Grand Budapest hotel)

 

Sex symbol 2014 : Scarlett Johansson : la voix (Her) et le corps (Under the skin)

under-the-skin.jpg

 

Pire film de 2014 : The amazing Spider-Man 2 (Webb)

 

Pire film vu en salle en 2014 : Bande de filles (Sciamma)

 

Plus grosse déception de 2014 : Saint-Laurent (Bonello) (quel ennui alors que L'apollonide avait terminé n°1 de mon top 2011 !)

 

Tout le monde aime, moi aussi mais sans partager l'enthousiasme général : Love is strange (Sachs)

 

Tout le monde déteste mais je trouve le film pourtant très estimable sans être parfait : Welcome to New-York (Ferrara)

 

Film le plus vite oublié de l'année : Abus de faiblesse (Breillat)

 

Meilleur DVD de l'année : Fleurs d'équinoxe (Ozu) (Carlotta Films)

 

Meilleur coffret DVD : Epstein chez Potemkine.

 

Je vais généralement voir ses films mais pas cette année : comme en 2013, François Ozon (Une nouvelle amie)

 

Je ne sais pas pourquoi je persiste à aller voir ses films : Peter Greenaway (Golzius et la compagnie du pélican)

 

Je n'avais pas vu un seul de ses films mais je m'y suis mis cette année : Christopher Nolan (Interstellar) intéressé mais pas emballé (avec, sans conteste, la pire musique de film de l'année pour Hans Zimmer!)

 

Meilleur livre sur le cinéma : Coffret Bis (Serious publishing) (avec une option sur la réédition de l'intégrale Midi-Minuit Fantastique (Rouge Profond) que je viens de commencer)


The-Grand-Budapest-Hotel.jpg

 

2015 va démarrer sur des chapeaux de roues (Ferrara, Miller, Larry Clark...) : je vous donne donc rendez-vous l'an prochain pour un nouveau top et vous souhaite d'ici là, une excellente année en remerciant une fois de plus très chaleureusement tous ceux qui ont fait vivre cet été mon blog en souhaitant dignement ses 10 ans d'existence. Je ne pensais pas être gâté de la sorte et vous l'avez fait. Encore merci !

Par Dr Orlof - Publié dans : Top des tops
Ecrire un commentaire - Voir les 15 commentaires
Vendredi 3 janvier 2014 5 03 /01 /Jan /2014 16:52

Nous ne sommes que le 3 janvier, et j’ai pourtant le sentiment d’arriver après la bataille. Voilà donc, après tout le monde, mon Top 10 pour l’année 2013.

vie-d-adele.jpg

1-La vie d’Adèle (Abdellatif Kechiche)

2-Shokuzai (Kiyoshi Kurosawa)

3-Passion (Brian de Palma)

4-La fille de nulle part (Jean-Claude Brisseau)

shokuzai-celles-qui-voulaient-se-souvenir-51a48d67b3314.jpg

5-Inside Llewyn Davis (Ethan et Joel Coen)

6-La belle endormie (Marco Bellocchio)

7-La jalousie (Philippe Garrel)

8-Django Unchained (Quentin Tarantino)

9-Le loup de Wall Street (Martin Scorsese)

10-Eurociné, 33 Champs-Elysées (Christophe Bier)

passion.jpg


L’année 2013 fut très riche car quatre films que j’ai beaucoup aimés se pressaient au portillon de ce classement. Il s’agit de Blue Jasmine (Woody Allen), Mud (Jeff Nichols), Camille Claudel 1915 (Bruno Dumont) et même (eh oui !) La maison de la radio (Nicolas Philibert)

Pour poursuivre, citons d’autres grands moments de l’année

Meilleur film vu en salle en 2013 : Le goût du saké (Ozu)


Meilleure actrice : Adèle Exarchopoulos (La vie d’Adèle)


Meilleur acteur : Oscar Isaac (Inside Llewyn Davis)

Inside-llewyn-Davis.jpg

Pire film vu cette année en salle : La bataille de Solférino (Justine Triet)


Pire film de l’année pas vu mais la bande-annonce est suffisante : The Hobbit 2 (Peter Jackson)


Top 5 des meilleurs films pas vus en 2013 : 1- Les rencontres d’après minuit (Gonzalez), 2- Spring breakers (Korine), 3- Snowpiercer (Bong Joon-Ho), 4- Touch of sin (Jia Zhang-Ke), 5- Frances Ha (N.Baumbach)


Tout le monde aime, pas moi : Zero dark thirty (Bigelow)


Tout le monde aime, moi aussi mais sans partager l’enthousiasme général : L’inconnu du lac (Guiraudie)


Film le plus négligé même s’il n’est pas parfait : Mes séances de lutte (Doillon)


Meilleur DVD de l’année : La porte du paradis (Cimino)


Meilleur coffret DVD de l’année : Paradjanov aux éditions Montparnasse


Je vais généralement voir ses films mais pas cette année : François Ozon (Jeune et jolie)


Je vais voir tous ses films mais le dernier me donne envie d’arrêter : Sofia Coppola (The bling ring)


Je n’avais jamais vu un seul de ses films et je m’y suis mis cette année : PT.Anderson pour The master (intéressé mais pas emballé)


La redécouverte de cette année : le cinéma de Robbe-Grillet que je n’aimais pas du tout et que j’ai redécouvert avec un grand plaisir.

la-fille-de-nulle-part_434917_20596.jpg

 

2014 ne sera pas une année comme les autres puisque ce blog fêtera ses 10 années d’existence. Nous en profiterons sans doute pour faire un petit point sur l’évolution de ce médium que nous avons tant aimé et qui semble désormais en perte de vitesse.

En attendant, je vous souhaite, chers lecteurs (faut-il encore préciser que le pluriel englobe bien évidemment les « lectrices » ?), une excellente année et n’hésitez pas à publier vos propres « top » ici… 

 

Par Dr Orlof - Publié dans : Top des tops
Ecrire un commentaire - Voir les 21 commentaires
Mercredi 2 janvier 2013 3 02 /01 /Jan /2013 10:16

 

Afin de vous souhaiter une belle et excellente année, voici mon top 10 pour l'année 2012 :

 Resnais

1- Vous n'avez encore rien vu (Alain Resnais)

 

2- Take shelter (Jeff Nichols)

 

3- Holy Motors (Leos Carax)

 

4- Tabou (Miguel Gomes)

tabu5.jpg

5- Un monde sans femmes (Guillaume Brac)

 

6- Adieu Berthe (l'enterrement de mémé) (Bruno Podalydès)

 

7- In another country (Hong Sang-Soo)

 

8- Cosmopolis (David Cronenberg)

 

9- Les bêtes du sud sauvage (Benh Zeitlin)

 

10- Moonrise kingdom (Wes Anderson)

Take-Shelter-60-20121091315

 

Flop 3 :

 

1- The we and the I (Michel Gondry)

2- Les adieux à la reine (Benoît Jacquot)

3- Amour (Michael Haneke)

 

Leurs films ne m'intéressent plus :

 

-Olivier Assayas (Après mai)

-François Ozon (Dans la maison)

 

Ils ont fait pire mais ce n'est pas non plus le grand retour annoncé.

 

-Francis Ford Coppola (Twixt)

-Abel Ferrara (Go, go tales ; 4h44 : dernier jour sur terre)

-Tim Burton (Dark shadows)

holymotors5

Meilleur acteur :

 

La plus belle révélation de l'année est Vincent Macaigne pour Un monde sans femmes et Le naufragé de Guillaume Brac mais également comme réalisateur pour le magnifique Ce qu'il restera de nous.

 

Meilleure actrice.

 

Isabelle Huppert (In another country) et Emmanuel Riva (Amour) étaient magnifiques mais celle qui restera, c'est la petite Quvenzhané Wallis pour l'énergie qu'elle donne aux Bêtes du sud sauvage.

 

Grand choc de 2012.

La redécouverte en DVD mais aussi en salle du sublime Deep end de Skolimowski.

 

Meilleur DVD.

 

Difficile de choisir entre les deux films de Guru Dutt (l'assoiffé, le maître, la maîtresse et l'esclave), Angst de Gerald Kargl ou Études sur Paris d'André Sauvage édités chez Carlotta. Alors mon prix va à la collection Jess Franco des éditions Artus Films, pour la qualité et la rareté des films présentés et l'intérêt immense des suppléments.

 

Grands classiques enfin découverts en 2012 :

 

-Le fleuve (Renoir)

-La charge héroïque (Ford)

 

Pour conclure, on pourra constater que si la fin du monde n'a pas eu lieu, elle a hanté les écrans (Take shelter et 4h44 : dernier jour sur terre après Le cheval de Turin et Melancholia) et que les plus grands films de cette année furent ceux qui parvinrent à faire revivre les fantômes d'un univers disparu (Vous n'avez encore rien vu, Holy Motors, Tabou).

 

Reste alors à citer, pour conclure, la mort de quatre « icônes » disparues cette année : Chris Marker, Koji Wakamatsu, Lina Romay et José Benazeraf en gageant que leurs « fantômes » nous hanteront encore longtemps...

moonrise kingdoùm

Par Dr Orlof - Publié dans : Top des tops
Ecrire un commentaire - Voir les 15 commentaires
Lundi 2 janvier 2012 1 02 /01 /Jan /2012 13:56

 

C'est parti pour le traditionnel bilan de fin d'année. Les meilleurs films de 2011 furent, pour moi :

  appolonide-copie-1.jpg

1- L'apollonide, souvenirs de la maison close (Bertrand Bonello)

2- True Grit (Ethan et Joel Coen)

3- Essential Killing (Jerzy Skolimowski)

4- La piel que habito (Pedro Almodovar)

5- Le Havre (Aki Kaurismäki)

6- Road to nowhere (Monte Hellman)

7- Black swan (Darren Aronofsky)

8- Hors Satan (Bruno Dumont)

9- Pater (Alain Cavalier)

10- L'étrange affaire Angélica (Manoël de Oliveira)

 

« En fait, maladresse ou non de la formule, Cronenberg a pointé le problème de son film : tout y est intelligent. Mais d'une intelligence froide et amidonnée. Une intelligence sans esprit. »

 

Si je me permets de citer un excellent blogueur (l'ami Timothée) pour débuter ce bilan, c'est parce qu'il me semble que cette formule inspirée et très juste visant le dernier film de Cronenberg aurait pu s'appliquer à beaucoup de films de cette année 2011.

essential.jpg

Il me semble en effet avoir vu beaucoup de films « intelligents ». Intéressants, certes, mais sans grâce et sans réelle « finesse ». Trop calculés, à vrai dire, pour réellement toucher. Je pense d'abord à ces films emphatiques que furent Tree of life (Malick, l'intelligence métaphysique) ou Melancholia (Lars von Trier, intelligence apocalyptique). Mais également à l'intelligence un peu compassée et vieillotte de Woody Allen (Minuit à Paris) ou de Martin Scorsese (Hugo Cabret).

Il faudrait encore citer ceux qui connaissent parfaitement leurs effets et dont les œuvres sont presque trop calibrées pour un certain public-cible : Nicholas Winding Refn et son Drive, Nanni Moretti dans la catégorie « je représente tout le cinéma « intelligent » italien (Habemus papam), Sofia Coppola (Somewhere) dans la catégorie « cinéma indépendant arty » ou Céline Sciamma dans celle « jeune cinéma d'auteur conscient de ses effets et de sa griffe » (Tomboy).

 

Je le répète, aucun de ces films cités n'est « ratés » mais je leur préfère désormais ceux qui savent abandonner cette « intelligence » qui finit par scléroser les projets. Ceux qui visent un cinéma « brut », quasi minéral, comme Bruno Dumont (Hors Satan) ou Jerzy Skolimowsky (Essential killing). Ceux qui abordent le genre au premier degré, sans coups de coude dans les côtes du spectateur pour lui signifier à quel point il est « intelligent » : Pedro Almodovar qui revient en forme avec La piel que habito ou les frères Coen avec ce magnifique western qu'est True Grit. Dans le même style, la saine « vulgarité » de Darren Aronofsky lorsqu'il se coltine au cinéma de genre à la De Palma dans Black Swan, me paraît plus franche et beaucoup plus réjouissante que les tics « auteurisants » du surestimé Drive.

Face à tous ces produits « culturels », on apprécie désormais la souveraine nonchalance du centenaire Oliveira qui n'a désormais plus de compte à rendre à personne et qui pratique un cinéma totalement « libre ». Et la « naïveté » qu'on trouve parfois dans le beau L'étrange affaire Angélica paraît aujourd'hui une vertu commune à deux belles réflexions sur le cinéma vues cette année : Pater d'Alain Cavalier et Road to nowhere de Monte Hellman, sans doute l'un des films les plus sous-estimés par la critique.

 

Reste le cas Bonello qui frise parfois l'excès d'intelligence mais qui parvient à ne pas oublier la finesse. La mise en scène de L'Apollonide est tellement fascinante et envoûtante qu'elle rend l’œuvre inoubliable.

 

Cette année, le bilan sera plus court que les années précédentes dans la mesure où j'ai vu beaucoup moins de films. Pour des raisons d'aménagement et de déménagement, le début d'année risque encore d'être un peu perturbée mais je compte bien revenir plus régulièrement et reprendre, par exemple, mon « Cinémarathon » (la découverte des 1500 premiers Cinématons de Gérard Courant constituant une des belles expériences de cette année cinéphile) et les chroniques DVD que j'ai sur le feu (pardon aux éditions Artus pour le retard : je n'oublie pas les coffrets reçus, promis!)

 

En attendant ces nouveaux rendez-vous, je remercie chaleureusement ceux qui m'ont souhaité une bonne année il y a un an parce que 2011 fut vraiment excellente.

Reste à espérer que 2012 soit du même tonneau : santé, bonheur amour et joie pour vous, mes chers lecteurs !

la-piel-que-habito.jpg

Par Dr Orlof - Publié dans : Top des tops
Ecrire un commentaire - Voir les 18 commentaires
Jeudi 23 juin 2011 4 23 /06 /Juin /2011 22:00

Dans la foulée de la fête de la musique et pour relayer l’initiative de l’ami Timothée, je vous propose ce soir mon classement des meilleurs films musicaux (au sens large, pas seulement les « comédies musicales ») en sachant qu’à une exception près, je me suis limité à un film par cinéaste (j’aurais pu mettre beaucoup plus de Minnelli ou de Demy). Cela donnerait :

 

1-     Tous en scène (Vincente Minnelli).

 


 

 

Sans doute la plus belle comédie musicale de tous les temps

 

2-     Chantons sous la pluie (Stanley Donen et Gene Kelly)

 


 

 

Forcément, la plus euphorisante de toutes les comédies musicales.

 

3-     Une chambre en ville (Jacques Demy)

 


 

 

Parce que j’adore ce film chanté de A à Z qui parvient à mêler le réalisme social et le plus poignant des mélodrames.

 

4-     Les demoiselles de Rochefort (Jacques Demy)

 

Même si l’amertume n’est jamais très loin, il convenait après un film « noir » de Demy (j’aurais pu choisir également Les parapluies de Cherbourg) de citer un film « rose » (j’aurais pu aussi sélectionner le délicieux Peau d’âne)

 


 

 

5-     Phantom of the paradise (Brian de Palma)

 


 

 

Opéra rock qui n’a pas pris une ride.

 

6-     The hole (Tsai Ming-Liang)

 


 

 

 

Ce drame existentiel troué par d’improbables chansons traditionnelles chinoises fait tellement figure d’OVNI qu’il fallait absolument que je le cite.

 

7-     On connaît la chanson (Alain Resnais)

 


 

 

Comédie dépressive ou drame jubilatoire ? Un peu des deux et une grande réussite du toujours surprenant Alain Resnais

 

8-     Tout le monde dit « I love you » (Woody Allen)

 


 

 

Hommage du maître aux Marx Brothers et à la grande tradition de la comédie musicale hollywoodienne. Un régal !

 

9-     The rocky horror picture show (Jim Sharman)

 


 

 

Le seul film qui mérite sans doute son appellation de “film culte”

 

10-  Jeanne et le garçon formidable (O. Ducastel et F. Martineau)

 


 

 

 

Parce que je l’avais beaucoup aimé à l’époque de sa sortie et que je ne suis pas arrivé à départager Howard Hawks, George Cukor, Rouben Mamoulian, Robert Wise, Busby Berkeley et Bob Fosse qui me pardonneront de ne pas les avoir cités ici…

 

A vous de jouer…

Par Dr Orlof - Publié dans : Top des tops
Ecrire un commentaire - Voir les 15 commentaires

Calendrier

Janvier 2015
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
<< < > >>
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés